Expositions/Animations au Musée ESPACE GAIA

 

NOUVELLE EXPOSITION !

 

Fabuleux félins de la préhistoire

du 4 mai 2019 au 14 juillet 2020

Ils sont si proches des félins actuels qu’on leur a souvent donné leurs noms. Ils sont parfois sous-espèces de félins actuels, souvent espèces différentes.. Ils ont quasiment tous vécu durant la dernière période glaciaire et avaient une caractéristique commune : leur grande taille. Ils se sont éteints sans laisser de descendance, mais la taille impressionnante de ces félins continue de nous étonner et d’attiser notre imagination. Les Félidés (Felidae) ou félins sont une famille de carnivores féliformes. On y distingue les grands félins (Pantherinae) des petits félins (Felinae). Parmi leurs traits caractéristiques figurent leur tête ronde au crâne raccourci, leur mâchoire dotée d’environ trente dents, et leurs griffes rétractiles, exception faite du guépard, du chat viverrin et du chat à tête plate. Les félins sont digitigrades, c’est-à-dire qu’ils marchent en appuyant sur leurs doigts (la plante du pied ne se pose pas sur le sol). Proailurus, qui vivait en Eurasie il y a environ 25 millions d’années dans la période de l’Oligocène, est à l’heure actuelle considéré comme le plus vieux fossile de félidé. On considère Pseudaelurus comme le dernier ancêtre commun des félins modernes. Ces fossiles présentent des caractères propres à la famille, tels que le développement extrême de la partie tranchante des dents carnassières, la réduction totale de leur partie broyeuse et la réduction des molaires. Les Felidae comprennent les espèces actuelles mais également certains félins à dents de sabre comme Smilodon, dont les derniers représentants se sont éteints il y a environ 10 000 ans. Les recherches récentes ont permis d’estimer les dates auxquelles les différentes lignées ont divergé et ont fourni une hypothèse sur la phylogénie des félins. La première séparation s’est effectuée il y a environ 12 millions d’années et a donné naissance aux petits félins d’Amérique du Sud (ocelot, marguay, oncilla, chat de Geoffroy…) ; la deuxième lignée s’est séparée il y a 8 à 10 millions d’années : en sont issus les chats sauvages, le chat de la jungle, le chat de Margueritte, le chat à pieds noirs et le chat de Pallas. Il y a 4 à 6 millions d’années, une troisième lignée s’est différenciée, avec les chats dorés, le puma, puis, il y a seulement 3,8 à 1,8 millions d’années les félins de grande taille (lion, tigre, panthère, jaguar, lynx). Les félins dits « à dents de sabre » comme le smilodon, dont les derniers représentants ont disparu il y a 10 000 ans, apparaissent dans deux groupes de carnivores : les Nimravidae, que l’on nomme aussi paléo-félins et les felidae. Il s’agit d’un phénomène de convergence évolutive qui apparut aussi chez les marsupiaux (avec par exemple le Thylacosmilus).

 

© Bones Clones - Machairodus

© Bones Clones

Cette exposition est présentée avec le soutien de la Ville de Montereau-Fault-Yonne-fault-Yonne, le Parc des Félins de Lumigny (77), De la Société Dasplet Monsters (69), et de la Société LECLERC de Varennes-sur-Seine

  • Expo temporaire de 44 panneaux répartis entre les félins de la préhistoire et les félins actuels ;
  • Moulages d’un squelette grandeur nature d’un ours des cavernes en position debout et de deux squelettes complets de « tigres à dents de sabre » (Smilodon et Homotherium) ;
  • Moulages de crânes fossiles de 13 espèces différentes de félins de la préhistoire ;
  • Moulages de crânes actuels de 8 espèces différentes de félins (Lion – Tigre du Bengale – Tigre de Sibérie – Jaguar – Léopard – Lynx – Puma – Chat) ;
  • Autres  moulages fossiles de la mégafaune du Pleistocène ( Os de bison, Mammouth, Auroch, Mégaceros, Rhinocéros laineux, …) ;
  • Bac à fouille du « Petit paléontologue » ;
  • Vidéo – Diaporama ;
  • Quizz papier sur félins de la préhistoire ;
  • Quizz papier sur la reconnaissance de pelages des félins actuels ;
  • Jeu plateau pour reconnaître certains félins actuels …

 

 

ET TOUJOURS A L’AFFICHE !

 

 

Grotte Chauvet – Pont d’Arc – Voyage avec les artistes de la préhistoire 

du 2 juin 2018 au 25 avril 2019.

Panneau des Lions – © Jean-Marie Chauvet

Située dans un plateau calcaire traversé par les méandres de la rivière Ardèche, au sud de la France, la grotte recèle les plus anciennes peintures connues à ce jour (période de l’aurignacien : entre 30 000 et 32 000 av. J.-C.). Cette grotte exceptionnelle qui témoigne de l’art préhistorique a été fermée par un éboulement il y a environ 20 000 ans BP et elle est restée scellée jusqu’à sa redécouverte en 1994, ce qui a permis de la conserver de façon exceptionnelle. Plus de 1 000 peintures, aux motifs anthropomorphes ou animaliers, ont été inventoriées sur ses murs. Leur qualité esthétique exceptionnelle témoigne d’une large gamme de techniques, notamment la maîtrise de l’estompe, la combinaison peinture-gravure, la précision anatomique, la représentation tridimensionnelle et du mouvement. On y trouve notamment des représentations d’espèces dangereuses, difficiles à observer pour les hommes de l’époque (mammouths, ours, lions des cavernes, rhinocéros, bisons, aurochs), plus de 4 000 restes de la faune du paléolithique et diverses empreintes de pas humains. C’est à un voyage extraordinaire auquel nous vous invitons.

Cette exposition est présentée grâce à l’autorisation de la DRAC Rhône-Alpes/Auvergne – Service de l’Archéologie Régionale et de la Conservatrice en chef du Musée Chauvet-Pont d’Arc

  • Expo temporaire de 19 affiches ;
  • 4 vitrines avec moulages de crânes d’ours des cavernes ;
  • Matériels paléontologique authentique ou moulage de la faune de la même période ;
  • Voyage virtuel de la Grotte Chauvet – Pont d’Arc en video ;
  • Quizz, animations diverses …

Le mystère de l’ambre

Nouvelle exposition permanente à partir du 13 mai 2017

Ambre

Inclusion d’insectes dans de l’Ambre – © Etsy

 

Don de la mer abandonné sur la plage après les tempêtes, “pierre” légère, chaude au toucher, qui brûle en dégageant une fumée aromatique et qui, frottée, attire les menus objets, écrin mystérieux d’insectes ou de plantes extraordinairement bien conservés, l’ambre exerce depuis des millénaires sa fascination sur les hommes. Ses noms, dans les différentes langues, tantôt attestent de ses propriétés les plus surprenantes – réelles ou supposées – tantôt témoignent du mystère qui a longtemps entouré son origine. Le terme en français ambre (comme ambar, espagnol et amber, anglais) vient, par l’intermédiaire du latin médiéval, de l’arabe anbar, mot désignant le cachalot. Cependant il y a ambre et ambre : l’ambre gris, concrétion de l’estomac des cachalots, substance précieuse également utilisée pour la fabrication des parfums, et l’ambre fossile jaune, qui nous intéresse ici. Il ne fait pas de doute que l’attirance exercée par cette matière étrange a dû être aussi forte sur nos lointains ancêtres du Paléolithique.

  • Exposition permanente de 10 affiches ;
  • Atelier de 5 microscope binoculaires pour l’observation des insectes prisonniers de l’ambre il y a 50 Millions d’années ;
  • Observation de morceaux de résines actuelles…

 

Origine et évolution humaine

Cette exposition s’inscrit dans un projet plus vaste sur la vulgarisation de la préhistoire. Des éléments très importants comme une fresque de 7 mètres de long, reprenant la chronologie de l’évolution humaine, avec une collection de crâne depuis Toumaï à Homo sapiens  qui viens compléter le propos. D’autres animations permettent aux enfants de se familiariser avec la préhistoire.

  • Expo permanente de 10 affiches sur le site de Pincevent ;
  • 2 moulages de sol du site de Pincevent en dépôt permanent  (1 foyer et 1 sol avec rebus) ;
  • Reconstitution d’un habitat magdalénien avec de vraies peaux de rennes ;
  • 3 vitrines d’environ 200 objets de la préhistoire (outils, mobilier sculptés…)
  • 1 panneau fresque de 7m de longueur et 1,48 m de hauteur retraçant les origines de l’homme depuis les premiers primates jusqu’au paléolithique supérieur (magdalénien en rapport avec Pincevent) ;
  • 1 panneau sur les différences anatomiques entre les grands singe et l’Homme ;
  • 4 crânes de primates (Chimpanzé, orang-outan, gorille, Homme) ,
  • Collection de 44 moulages de crâne préhistoriques ;
  • Animations autour de la Préhistoire ;
  • Edition d’un livret accompagnant la fresque géante ;
  • Edition d’un document destiné aux enseignants et Accueils de Loisirs sur l’ensemble de nos activités ;
  • Edition d’une plaquette tous publics ;
  • Nombreuses fiches spécifiques sur différents thèmes ;
  • Jeux quizz papier ;
  • Autour du silex ;
  • Autour du feu ;
  • Jeu animaux de la Préhistoire ;
  • Autour du propulseur…